Origine de l'odorat

Les matières odorantes, signaux de l'environnement

La plus ancienne des découvertes de l'histoire du développement animal et humain, c'est l'odorat. Il transmet des informations importantes provenant de l'environnement. Telle odeur peut être vitale pour un animal si elle lui permet de trouver la nourriture ou une proie. L'odorat peut réunir des êtres vivants, les pousser à se reproduire et assurer ainsi la perpétuation de l'espèce.

Le sentiment de plaisir ou de déplaisir peut être provoqué par une odeur, chez l'homme et l'animal domestique. Notre sens olfactif peut nous avertir de la présence de substances dangereuses et déclencher une réaction de protection comme la fuite par exemple; l'inhalation de gaz agressifs tels que les vapeurs d'essence de moutarde ou de vinaigre, bloque spontanément la respiration.
 
Comment s'est développé le sens de l'odorat?

La vie sur terre a pris naissance dans l'eau des océans, à une époque ou une partie seulement des sels minéraux de la croûte terrestre avait été drainée vers la mer. Aujourd'hui encore, la composition en sels minéraux du sérum humain correspond à celle de l'eau de mer diluée.
 
Les premiers êtres vivants, végétaux et animaux, étaient unicellulaires. Ultérieurement, il se forma des colonies d'êtres unicellulaires, en transition vers des êtres multicellulaires, formant des coraux et des éponges. Pour l'être vivant de ces colonies, l'environnement se compose de ses voisins et de l'eau de mer dans laquelle ils baignent tous. Ils sont renseignés les uns sur les autres par un contact direct.

Ce type de transmission de l'information par contact direct de cellule à cellule se retrouve encore aujourd'hui dans le système nerveux de l'homme (synapse). Les informations que l'être unicellulaire pouvait retirer de l'eau de mer correspondent, chez l'homme, aux effets multiples de ces substances «messagères» appelées hormones, que le sang véhicule vers les organes du corps et leurs cellules.
 
Lorsque la vie émergea des océans et des eaux continentales pour se fixer sur la terre ferme, elle quitta l'environnement aqueux qui était jusqu'alors sa source d'information.

Son environnement devint alors gazeux; pour se procurer les informations dans ce nouveau milieu, il était nécessaire de disposer d'un subterfuge biologique: l'air devait effleurer une fine muqueuse, dans laquelle pourraient se dissoudre les substances véhiculées par l'air, pour être, comme par le passé, jugées au goût.

Seules les substances qui venaient en contact avec la langue pouvaient faire appel à son sens gustatif: toutes les autres ne pouvaient être perçues que comme matière odorante.
 
A l'origine, l'odorat, en temps que perception à distance, était probablement plus important que la vue; celle-ci n'atteignit que plus tard son plus haut degré d'efficacité. Chez l'homme, le sens de l'odorat a perdu beaucoup de son efficacité mais les sensations olfactives continuent à jouer un très grand rôle dans sa vie affective et dans ses réactions vis-à-vis de l'environnement - même si souvent, il n'en est pas tout à fait conscient.

Les odeurs peuvent stimuler ou Calmer, mais elles peuvent tout aussi bien être repoussantes ou paralysantes. Certaines odeurs sexuelles, appelées phéromones, jouent un rôle important dans les relations entres les sexes, tout comme ces messagers internes que sont les hormones de notre corps.