1950-1960

Rock'n'Roll, Glamour, Jeans et chypre
 
Le cinéma allemand à l'eau de rose mettait en vedette de gentilles jeunes filles de ferme et des garde-forestiers bien élevés, tandis que naissait le culte des stars des années 50. «A l'Est d'Eden» mettait en scène avec le jeune James Dean, un genre de personnage nouveau, rebelle, nonconformiste et «La 7ème année» fit découvrir un sex-symbol incarné par la blonde Marilyn Monroe. Les plus âgés se délectaient des joies et des déboires de l'impératrice Soraya - qui donnèrent le nom de «presse Soraya» à une série de revues en Allemagne, la «génération sceptique», elle, discutait du «Journal d'Anne Franck».
 
La mode sépara aussi les générations. Dior sortit successivement les lignes H, A et la ligne sac. Les jeunes optèrent pour les Blue jeans et se défoulèrent avec leur cher Elvis Presley au rythme du rock' n'roll.
 
Les parfums devinrent plus agressifs. Après les notes chypre vertes, déjà très prisées à la fin des années 40, on vit apparaître des notes chypre animales et florales.
 
Bandit de Piguet et Miss Dior de Dior furent les premiers représentants de cette nouvelle tendance, le succès s'installa avec Intimate de Revlon et Cabochard de Grès: le premier, produit phare sur le marché américain et le second, son équivalent européen, sont le point de départ de deux versions remarquables de cette tendance.
 
Youth Dew de Lauder (1952), version orientale de cette tendance, connût aux U.S.A. un succès extraordinaire; l'Europe, toutefois, resta à l'époque, insensible à cette nouveauté.

 

Facebook Comments Box