Concepts olfactifs

Les concepts olfactifs constituent les caractéristiques dominantes. Ils se subdivisent en sous-groupes dans lesquels ont peut ranger les variations ou interprétations possibles du thème général.
 
Année de parution

A l'exception des notes citrées les plus anciennes, telles que Fougère Royale d'Houbigant (1882) et Jicky de Guerlain (1889) toujours commercialisé, nous n'avons répertorié que des produits du 20ème siècle, des marchés européens, américains et japonais. Nous avons volontairement gardé quelques parfums qui ne sont plus fabriqués, comme Fougère Royale, Chypre de Coty (1927) et Bois des Iles de Chanel (1926) parce qu'ils ont, en leur temps, influencé de façon marquante le développement de la parfumerie.
 
Importance

A chaque époque, les grandes créations ont toujours inspiré d'autres parfumeurs, influençant par là-même fortement le développement de la parfumerie. Des classiques comme Chanel N°5 ou Chypre sont à l'origine de nouvelles tendances olfactives répondant de façon parfaite à l'esprit de l'époque.
 
Appartenance

On peut décrire les parfums avec les mêmes qualificatifs que les voitures (« puissantes»), les chevaux (« racés»), qu'une journée estivale (« éclatante»). Mais ces. descriptions concernent seulement l'image que le fabricant voudrait conférer à son parfum. Elles ont pour but de donner à celui ou à celle qui l'achètera, l'illusion qu'il ou elle achète aussi la qualité que cette image fait miroiter. Le parfumeur, lui, décrit et classe les senteurs au moyen de notions qui découlent directement du domaine de l'olfaction.

Ces vocables sont toutefois encore très polyvalents: «floral» par exemple, peut s'appliquer aussi bien à l’odeur du jasmin qu'à celle de la rose. «Vert» et «frais» ne sont pas des qualités olfactives spécifiques mais des notions qui, d'un commun accord, font partie du langage des parfumeurs.